PHOTOGRAMMETRIE

22 juin 2016

Qu’est ce que la photogrammétrie ?

La photogrammétrie aérienne fait son apparition dans les années 1930, c’est à ce moment que certains topographes et géographes ont prit conscience des possibilités qu’offraient les avions comme possibilité de prendre des clichés aériens.

Il s’agit d’une technique, à partir de photos, permettant de mesurer et d’établir dans l’espace, la position, la forme et le volume d’un site et des objets qui le composent. De nos jours, cette modélisation 3D pourra être utilisée dans des domaines variés.

La photogrammétrie aérienne par drone permet d’acquérir des images d’une grande netteté et d’une précision centimétrique. En associant la performance des drones et la puissance des logiciels qui traitent les images récoltées, les résultats obtenus deviennent incroyablement qualitatifs.

 

Comment fonctionne la photogrammétrie ?

Lors du survol d’un site ou d’un terrain, en vol manuel ou programmé, la caméra HD embarquée capte, transmet et enregistre des images, qui vont permettre en post traitement, de générer des modèles 3D.

Après avoir disposé à différents endroits du site des cibles géolocalisées par GPS et identifiables à différentes hauteurs de vol, l’opérateur programme le vol du drone en quadrillant la zone à modéliser. Ainsi le drone prendra des photos HD à intervalles régulières. En post traitement, les images ainsi récoltées seront traitées par un logiciel de photogrammétrie permettant d’assembler les clichés géo référencés, d’y détecter les pixels communs et ainsi de générer des modèles en 3D. Cette méthode rapide et peu complexe est toute aussi précise que des mesures prises au sol. La résolution de nos appareils photos de 24 millions de pixels offre une précision d’environ 0,5 cm du pixel à 50 mètres de hauteur, le géoréférencement est centimétrique.

 

Applications de la photogrammétrie

Utilisée dans de nombreux domaines, la photogrammétrie, associée à la facilité et la rapidité de mise en œuvre du drone permet de répondre aisément à des travaux d’expertises techniques tout en limitant les coûts financiers et les risques humains. En voici quelques exemples :

  • Aménagement du territoire : projets urbains, autoroutiers,
  • Urbanisme : plans d’occupation des sols, projets de construction de lotissements, réaménagements urbains, projets d’infrastructures ou paysagers,
  • Génie civil : surveillances d’ouvrages, inspections des désordres, déformations de structures, etc.
  • Industries et carrières : aménagements de site, cubatures, plans, inspections de zones à risques, etc.
  • Patrimoine : restaurations, relevés d’urgence, modèles et archives 3D,
  • Suivi de chantier / BTP : Plans, récolements, suivi de chantier, inspections, etc.
  • Architecture : projets de rénovation, plans, relevés, Building Information Modeling (BIM), étude du bâti, etc.
  • Environnement : plans hydrographiques, études d’impact, surveillances de sites (falaises, rives…), suivi d’installation éolienne et photovoltaïque, etc.
  • Cartographie : Cadastre, orthophotographie, géo référencement des clichés, données intégrables Système d’Intégration Géographique (SIG), etc.
  • Archéologie : modélisation de fouilles en cours, modèle numérique de terrain (MNT), archivages, détection de formes, etc.
  • Risque naturel : identifications des zones inondables, prévention des incendies, etc.
  • Agriculture : dossiers PAC, analyses des parcelles, suivi dans le temps, ruissellement, etc.
  • Topographie : plans topographiques 2D et 3D, relevés numérique de terrain, orthophoto, etc.
  • Géologie : mesures de l’érosion naturelle, détection de failles, dynamique fluviale, érosions crues, détermination de zones inondables, etc.

 

 

 

Calcul de cubature d'une gravière

Calcul de cubature d’une gravière

 

Calcul de surfaces

Calcul de surfaces